Anne Pouget (12/2012)

Nom: Pouget

Prénom: Anne

Profession: Écrivain et historienne spécialiste du Moyen Âge 

Bibliographie:

Le Fabuleux voyage de Benjamin, 1994

Les brumes de Montfaucon, Éditions Casterman, 2005

Les Énigmes du vampire, Casterman, 2006

Si Dieu le veut Inch'Allah, Casterman, 2010

Le mystère des pierres, Casterman, 2005

Le pourquoi des choses, tomes 1,2,3,4 Éditions Le Cherche-Midi

Les explorateurs, Casterman, 2012

Les 7 merveilles du monde, Nathan, 

et plein d'autres titres sur son site

Dans la froidure de l'hiver qui s'installe, je monte à Paris le 4 décembre, interviewer Anne Pouget. À la sortie de la gare Montparnasse où Anne m'attend, nous nous installons dans un café, non loin de là. Tentures rouges aux murs, espace étriqué mais ambiance agréable dans la nuit qui scintille déjà des premières décorations de Noël. Nous faisons le tour de nos vies respectives. Il y a quinze ans que nous ne nous sommes pas vues! Anne me dédicace deux de ses derniers romans. Je choisis de faire mon interview sur le roman: "Si Dieu le veut, Inch'Allah", roman historique paru en 2010, que je viens de lire et que je vous livre en extrait

Anne, pouquoi avoir choisi la période des croisades?

— J'ai voulu parler de la première croisade, parce que c'est celle qui est la plus douloureuse. Elle porte sur l'intolérance et des a priori. C'est le choc des civilisations!

Le héros de l'histoire s'appelle Fabre. Pourquoi ce prénom

— C'est toujours difficile de choisir un prénom! Il faut qu'il soit facile à retenir, et en même temps, un prénom qui soit original. Il faut trouver des prénoms différents les uns des autres pour qu'il y ait une distinction, sans risquer de les confondre.

Que serait Fabre aujourd'hui en 2012?

— Il serait mort!  Anne et moi, nous nous regardons et partons d'un éclat de rire. Je ne m'attendais pas à cette réponse! Anne a de l'humour... Plus sérieusement, Fabre serait le même: un garçon qui, au départ, ne se poserait pas franchement de questions. Un enfant avec des a priori, des images toutes faites, un regard sur l'autre totalement figé.

En fin de livre, tu donnes une explication sur la religion musulmane mais rien sur la religion catholique!

— Nous sommes dans un pays occidental aux racines chrétiennes, il était donc normal que je me penche plus sur la religion musulmane mais, c'est vrai, j'aurais pu en dire quelques mots.

Lorsque Fabre est recueilli par les musulmans, il est bien traité. Crois-tu que cela ait pu exister ?

— Pourquoi pas?

— oui, mais à cette époque, l'Ordre des mendiants existait et plus particulièrement l'Ordre de la Merci qui rachetait les chrétiens captifs des musulmans. Certains, comme les plus pauvres étaient tués!

— Oui, c'est vrai. C'était d'ailleurs mon sujet de thèse. Il y avait trois catégories d'otages. Les otages les mieux traités étaient ceux de la première catégorie, qui pouvaient être rachetés comme les rois, les princes, les nobles. La catégorie moyenne était les espions, ceux qui avaient un rôle important à jouer, une mission au sein des  croisés. Ceux-là étaient bien traités et rachetés par l'Ordre. Quant à la catégorie des pauvres, ils étaient soit esclaves, soit tués. Fabre a eu plus de chance.

As-tu des romans en préparation?

J'en ai trois. Le tome 5 de "Le pourquoi des choses". Chaque thème développé commence toujours par "pourquoi".

Un roman humoristique médiéval: "Quelle Époque Opaque Épique"! Puis un autre  sur le RKG, "Les Français jugés, condamnés ou exécutés par le tribunal de guerre du 3ème Reich." pour lequel j'ai participé à son écriture.

Aurais-tu quelque chose à ajouter à notre entretien?

J'aime ce que je fais. J'ai la liberté de choisir mes thèmes. J'aime écrire pour la jeunesse car, par rapport aux adultes, ils sont francs et disent ce qu'ils pensent.

Un grand merci à Anne pour ces heures de discussion. Ce fut un bon moment partagé.

L'équipe d'Ar Skandéliked.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau